A Contre-courant

A Contre-courant

Méditation 277: Dieu ne réside pas dans des symboles et des objets

 

Texte lu

 

1 Samuel 4:1-22

  

Israël sortit à la rencontre des Philistins, pour combattre. Ils campèrent près d’Eben-Ezer, et les Philistins étaient campés à Aphek. Les Philistins se rangèrent en bataille contre Israël, et le combat s’engagea. Israël fut battu par les Philistins, qui tuèrent sur le champ de bataille environ quatre mille hommes. Le peuple rentra au camp, et les anciens d’Israël dirent : Pourquoi l’Eternel nous a-t-il laissé battre aujourd’hui par les Philistins ? Allons chercher à Silo l’arche de l’alliance de l’Eternel ; qu’elle vienne au milieu de nous, et qu’elle nous délivre de la main de nos ennemis. Le peuple envoya à Silo, d’où l’on apporta l’arche de l’alliance de l’Eternel des armées qui siège entre les chérubins. Les deux fils d’Eli, Hophni et Phinées, étaient là, avec l’arche de l’alliance de Dieu. Lorsque l’arche de l’alliance de l’Eternel entra dans le camp, tout Israël poussa de grands cris de joie, et la terre en fut ébranlée. Le retentissement de ces cris fut entendu des Philistins, et ils dirent : Que signifient ces grands cris qui retentissent dans le camp des Hébreux ? Et ils apprirent que l’arche de l’Eternel était arrivée au camp. Les Philistins eurent peur, parce qu’ils crurent que Dieu était venu dans le camp. Malheur à nous ! dirent-ils, car il n’en a pas été ainsi jusqu’à présent. Malheur à nous ! Qui nous délivrera de la main de ces dieux puissants ? Ce sont ces dieux qui ont frappé les Egyptiens de toutes sortes de plaies dans le désert. Fortifiez-vous et soyez des hommes, Philistins, de peur que vous ne soyez asservis aux Hébreux comme ils vous ont été asservis ; soyez des hommes et combattez !
    Les Philistins livrèrent bataille, et Israël fut battu. Chacun s’enfuit dans sa tente. La défaite fut très grande, et il tomba d’Israël trente mille hommes de pied. L’arche de Dieu fut prise, et les deux fils d’Eli, Hophni et Phinées, moururent.
    Un homme de Benjamin accourut du champ de bataille et vint à Silo le même jour, les vêtements déchirés et la tête couverte de terre. Lorsqu’il arriva, Eli était dans l’attente, assis sur un siège près du chemin, car son cœur était inquiet pour l’arche de Dieu. A son entrée dans la ville, cet homme donna la nouvelle, et toute la ville poussa des cris. Eli, entendant ces cris, dit : Que signifie ce tumulte ? Et aussitôt l’homme vint apporter la nouvelle à Eli. Or Eli était âgé de quatre-vingt-dix-huit ans, il avait les yeux fixes et ne pouvait plus voir. L’homme dit à Eli : J’arrive du champ de bataille, et c’est du champ de bataille que je me suis enfui aujourd’hui. Eli dit : Que s’est-il passé, mon fils ? Celui qui apportait la nouvelle dit en réponse : Israël a fui devant les Philistins, et le peuple a éprouvé une grande défaite ; et même tes deux fils, Hophni et Phinées, sont morts, et l’arche de Dieu a été prise. A peine eut-il fait mention de l’arche de Dieu, qu’Eli tomba de son siège à la renverse, à côté de la porte ; il se rompit la nuque et mourut, car c’était un homme vieux et pesant. Il avait été juge en Israël pendant quarante ans.
    Sa belle-fille, femme de Phinées, était enceinte et sur le point d’accoucher. Lorsqu’elle entendit la nouvelle de la prise de l’arche de Dieu, de la mort de son beau-père et de celle de son mari, elle se courba et accoucha, car les douleurs la surprirent. Comme elle allait mourir, les femmes qui étaient auprès d’elle lui dirent : Ne crains point, car tu as enfanté un fils ! Mais elle ne répondit pas et n’y fit pas attention. Elle appela l’enfant I-Kabod, en disant : La gloire est bannie d’Israël ! C’était à cause de la prise de l’arche de Dieu, et à cause de son beau-père et de son mari. Elle dit : La gloire est bannie d’Israël, car l’arche de Dieu est prise !

 

 

 

Enseignement

 

En ce temps là, il n'y avait pas de roi en Israël. Le sacrificateur Eli, descendant d'Aaron à qui la sacrificature avait été donnée ainsi qu'à sa postérité de génération en génération, était alors le chef spirituel et le guide suprême du peuple. Il était l'intermédiaire entre Dieu et Israël et s'occupait de ce fait de tout ce qui était culte et sacrifice à l'Eternel. Il allait vers Dieu pour le peuple, et retournait vers le peuple avec des instructions divines. Ses deux fils, Hophni et Phinées, successeurs réglementaires, l'aidaient dans ce service délicat. Malheureusement, ces derniers étaient des hommes très méchants ("Les fils d’Eli étaient des hommes pervers, ils ne connaissaient point l’Eternel... Ces jeunes gens se rendaient coupables devant l’Eternel d’un très grand péché, parce qu’ils méprisaient les offrandes de l’Eternel... et qu’ils couchaient avec les femmes qui s’assemblaient à l’entrée de la tente d’assignation." 1 Samuel 2:12, 17, 22) et leur père ne faisait rien par rapport à cela, devenant ainsi complice de leurs agissements scandaleux.

A cause de cette situation de péché au sommet du peuple, Dieu décide de le livrer à ses ennemis.

 

Ce qui retient surtout notre attention aujourd'hui c'est l'attitude des Philistins lorsque Israël décide d'apporter l'arche de Dieu sur le champ de bataille. Pour les Israélites, tout comme les Philistins, c'est Dieu lui-même qui arrivait ainsi, d'où la très grande joie d'un côté (victoire assurée) et la peur de l'autre (défaite certaine). L'histoire de l'Eternel, délivrant puissamment son peuple du joug des égyptiens ainsi que toutes les victoires et conquêtes qui avait suivi, se contait comme une légende parmi les nations. L'arche de Dieu était le symbole de sa présence puissante, protectrice et destructrice. S'attaquer à Israël sans l'arche relevait déjà de l'héroïsme. Maintenant le faire en sa présence, c'était du suicide.

C'est certainement ce que la plupart des philistins présents se disaient. Après le moment de panique, ils reprennent courage décident de combattre, un peu comme le boxeur qui, bien que conscient de son infériorité ne peu abandonner sans combattre de peur de perdre aussi sa dignité.

Bien leur en a pris, car au final ils ont vaincu Israël avec l'arche. Mais que s'est-il réellement passé?

 

Quand le Seigneur abandonne les siens, ils leur laisse le nom, l'histoire, les dons, et tous les symboles. Les hommes, à cause de ces éléments, peuvent vous craindre, mais en réalité Dieu n'est pas là.

La puissance de Dieu ne réside pas dans des symboles, des objets, des temples, et autres. Sa puissance et sa force dans nos vies ne résident pas sur des éléments visibles, une parole, un nom, etc. Toutes ces choses peuvent être là, et Dieu complètement ailleurs.S'y accrocher et y mettre notre foi est une erreur grave que les Israélite ont pu comprendre. L'arche n'est rien si Dieu n'est plus avec vous.

 

Veille à rester en bons termes avec le Seigneur. Veille sur ta sanctification. Sois obéissant à Dieu. Aie foi en Lui, Etre invisible, Esprit. Mets en lui ta confiance, et il ne t'abandonnera jamais.

Mais si tu le laisses partir, sache que tout ce qu'il te reste de lui n'a plus en soi un pouvoir, une puissance, une force  qui puisse te sauver.

 

 

 

 



04/03/2014
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 184 autres membres