A Contre-courant

A Contre-courant

Méditation 88: Compte tes jours et sois reconnaissant !

 

Texte lu

 

Psaume 90

Luc 17:11-19

  

Prière de Moïse, homme de Dieu. Seigneur ! tu as été pour nous un refuge, De génération en génération.
Avant que les montagnes fussent nées, Et que tu eusses créé la terre et le monde, D'éternité en éternité tu es Dieu.
Tu fais rentrer les hommes dans la poussière, Et tu dis : Fils de l'homme, retournez !
Car mille ans sont, à tes yeux, Comme le jour d'hier, quand il n'est plus, Et comme une veille de la nuit.
Tu les emportes, semblables à un songe, Qui, le matin, passe comme l'herbe:
Elle fleurit le matin, et elle passe, On la coupe le soir, et elle sèche.
Nous sommes consumés par ta colère, Et ta fureur nous épouvante.
Tu mets devant toi nos iniquités, Et à la lumière de ta face nos fautes cachées.
Tous nos jours disparaissent par ton courroux ; Nous voyons nos années s'évanouir comme un son.
Les jours de nos années s'élèvent à soixante-dix ans, Et, pour les plus robustes, à quatre-vingts ans ; Et l'orgueil qu'ils en tirent n'est que peine et misère, Car il passe vite, et nous nous envolons.
Qui prend garde à la force de ta colère, Et à ton courroux, selon la crainte qui t'est due ?
Enseigne-nous à bien compter nos jours, Afin que nous appliquions notre cœur à la sagesse.
Reviens, Eternel ! Jusques à quand ? …  Aie pitié de tes serviteurs !
Rassasie-nous chaque matin de ta bonté, Et nous serons toute notre vie dans la joie et l'allégresse.
Réjouis-nous autant de jours que tu nous as humiliés, Autant d'années que nous avons vu le malheur.
Que ton œuvre se manifeste à tes serviteurs, Et ta gloire sur leurs enfants !
Que la grâce de l'Eternel, notre Dieu, soit sur nous ! Affermis l'ouvrage de nos mains, Oui, affermis l'ouvrage de nos mains !

 

Jésus, se rendant à Jérusalem, passait entre la Samarie et la Galilée.  Comme il entrait dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre. Se tenant à distance, ils élevèrent la voix, et dirent : Jésus, maître, aie pitié de nous ! Dès qu'il les eut vus, il leur dit : Allez vous montrer aux sacrificateurs. Et, pendant qu'ils y allaient, il arriva qu'ils furent guéris.  L'un d'eux, se voyant guéri, revint sur ses pas, glorifiant Dieu à haute voix.  Il tomba sur sa face aux pieds de Jésus, et lui rendit grâces. C'était un Samaritain.  Jésus, prenant la parole, dit: Les dix n'ont-ils pas été guéris ? Et les neuf autres, où sont-ils ?  Ne s'est-il trouvé que cet étranger pour revenir et donner gloire à Dieu ? Puis il lui dit : Lève-toi, va ; ta foi t'a sauvé.

 

 

 

 

Enseignement

 

Au moment où nous arrivons à la dernière semaine de l'année 2010, il me semble important que nous méditions sur la vie et la grâce immense que le Seigneur nous accorde.

 

Le Psaume 90 est très expressif. Il dit ce que le cœur de la créature devrait exprimer devant le Créateur. Le Seigneur ne nous laisse pas vivre sur cette terre pour nous amuser et en rester là. Non, il veut que nous fassions des choses utiles. Il revient pour faire l'évaluation de notre œuvre. Pour cette raison, nous devons apprendre à compter nos jours.

 

Compter nos jours revient à nous examiner et voir si pendant le temps passé nous avons fait ce qui était attendu de nous. L'objectif a-t-il été atteint? Avons nous perdu notre temps ou au contraire sommes nous fiers de l'avoir passé? Le Seigneur peut-il être fier de nous avoir accordé ces jours?

 

Pendant que nous passons ainsi en revue notre vie, nous constatons que le Seigneur d'abord, ensuite beaucoup de personnes, ont participé à notre bonheur et à notre épanouissement d'une manière ou d'un autre. Il est important de rentrer dire merci à tous ceux là. Nous devons être reconnaissants.

 

Le sacrifice de reconnaissance était très important aux yeux du Seigneur dans la Loi. aujourd'hui encore notre Dieu prends plaisir en ceux qui lui rendent des actions de grâces pour ce qu'il a fait, en ceux qui le remercient de tout cœur verbalement ou en posant des actes de reconnaissance. (Lévitique 7:12; Hébreux 12:28)

 

Pour les hommes qui nous on fait du bien, disons merci, et , si possible, accompagnons notre merci d'un geste, d'un cadeau symbolique. Comptez les plus insignifiants des actes positifs des autres envers vous. En leur disant merci vous leur ferez aussi du bien et les encouragerez.

 

En attendant le message usuel des meilleurs vœux, je tiens déjà ici à vous dire merci de visiter régulièrement ce blog en vous laissant édifier par ce moyen que le Seigneur met à notre disposition. Merci pour tous vos commentaires.

 

Que le Seigneur nous bénisse tous!

 

 

 

 

NB: Vous pouvez encore lire la Méditation 7qui va dans le même sens.

 

 

 

 



27/12/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 188 autres membres