A Contre-courant

A Contre-courant

Méditation 121: Pilate, juge inique, mauvais exemple

Texte lu

Luc 23:13-25

Pilate, ayant assemblé les principaux sacrificateurs, les magistrats, et le peuple, leur dit : Vous m'avez amené cet homme comme excitant le peuple à la révolte. Et voici, je l'ai interrogé devant vous, et je ne l'ai trouvé coupable d'aucune des choses dont vous l'accusez ; Hérode non plus, car il nous l'a renvoyé, et voici, cet homme n'a rien fait qui soit digne de mort. Je le relâcherai donc, après l'avoir fait battre de verges. A chaque fête, il était obligé de leur relâcher un prisonnier. Ils s'écrièrent tous ensemble: Fais mourir celui-ci, et relâche-nous Barabbas. Cet homme avait été mis en prison pour une sédition qui avait eu lieu dans la ville, et pour un meurtre. Pilate leur parla de nouveau, dans l'intention de relâcher Jésus. Et ils crièrent : Crucifie, crucifie-le ! Pilate leur dit pour la troisième fois : Quel mal a-t-il fait ? Je n'ai rien trouvé en lui qui mérite la mort. Je le relâcherai donc, après l'avoir fait battre de verges. Mais ils insistèrent à grands cris, demandant qu'il fût crucifié. Et leurs cris l'emportèrent: Pilate prononça que ce qu'ils demandaient serait fait. Il relâcha celui qui avait été mis en prison pour sédition et pour meurtre, et qu'ils réclamaient ; et il livra Jésus à leur volonté.

 

 

Enseignement

Quelques heures après la célébration de la mort et la résurrection de Jésus-Christ, nous restons dans sa passion pour tirer des enseignements utiles pour que nos actions soient mesurées en empreintes de sagesse et de grâce.

Les chefs juifs ont amené Jésus au gouverneur Pilate, afin qu'il le condamne. C'est clair qu'ils n'attendent pas un procès en bonne et due forme, puisqu'ils n'ont pas d'arguments et de preuves pour cela. Ils évoquent un certain nombre de griefs inexistants dans la vie du Seigneur. Pilate ne tarde pas à s'en rendre compte, puis il prend sa décision. C'est justement au niveau de cette décision que le bât blesse.

S'il avait été un bon juge impartial et juste, Pilate aurait relâché Jésus, tout simplement. Malheureusement il ne l'est pas. Pilate n'est pas un exemple à suivre en tant que juge. Bien qu'ayant la certitude et la confirmation par Hérode de l'innocence de Jésus, il le fait fouetter, et le livre à ses adversaires. Pourquoi le fait-il ? Pourquoi corrompre la justice ? L'Evangile de Jean nous donne un détail supplémentaire : "Dès ce moment, Pilate cherchait à le relâcher. Mais les Juifs criaient : Si tu le relâches, tu n'es pas ami de César. Quiconque se fait roi se déclare contre César." (Jean 19:12) Eh oui, il veut préserver ses intérêts.

Pilate fuit ses responsabilités, mais ce faisant il devient plus que jamais aussi responsable de la mort du Seigneur. Aussi coupable que les autres.

Que la pression de la vie ou de nos semblables, la recherche d'intérêts égoïstes, l'influence du monde, et autres, ne nous poussent pas à être comme ce juge inique. Ne faisons pas comme lui en prenant de mauvaises décisions à cause de notre égoïsme. Soyons des juges justes qui proclament la justice au détriment de leurs propres intérêts. 



25/04/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 189 autres membres