A Contre-courant

A Contre-courant

Méditation 123: Pas de prétention, tu ne connais qu'en partie

 

Texte lu

 
1 Corinthiens 13:8-12

La charité ne périt jamais. Les prophéties prendront fin, les langues cesseront, la connaissance disparaîtra. Car nous connaissons en partie, et nous prophétisons en partie, mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel disparaîtra. Lorsque j’étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant ; lorsque je suis devenu homme, j’ai fait disparaître ce qui était de l’enfant. Aujourd’hui nous voyons au moyen d’un miroir, d’une manière obscure, mais alors nous verrons face à face ; aujourd’hui je connais en partie, mais alors je connaîtrai comme j’ai été connu.

 

 

Enseignement

 
Le texte de ce jour est assez clair. Il nous montre le caractère partiel de la connaissance que nous pouvons avoir sur cette terre. Cette partialité demeurera jusqu'au jour où le Seigneur se révèlera entièrement à nous.

Toute prétention est dès lors vaine. En effet, il faut être insensé pour se glorifier d'un pouvoir qu'on ne contrôle pas, ou d'une connaissance dont on ne maîtrise pas tous les contours. Vous vous rendez compte? Tous ces grands hommes qui ont sondé la connaissance, ont eu les plus grands diplômes, ont même poussé les limites de la science, n'ont fait qu’effleurer le savoir. Même dans le domaine de la foi, il y a plein de choses que le Seigneur nous cache (Actes des Apôtres 1:7).

La prise de conscience de notre incapacité à avoir une connaissance parfaite, le constat de nos limites, imposées par Dieu, devraient nous amener à avoir une attitude sage. La prudence et l'humilité, avec une entière dépendance au Seigneur nous permettront à coup sûr de ne pas tomber dans des comportements insensés.

 

 

 



02/05/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 189 autres membres