A Contre-courant

A Contre-courant

Méditation 130: Opte pour la foi, et touche le gros lot

 Texte lu

 

1 Rois 17:8-16

  

Alors la parole de l’Eternel lui fut adressée en ces mots: Lève-toi, va à Sarepta, qui appartient à Sidon, et demeure là. Voici, j’y ai ordonné à une femme veuve de te nourrir. Il se leva, et il alla à Sarepta. Comme il arrivait à l’entrée de la ville, voici, il y avait là une femme veuve qui ramassait du bois. Il l’appela, et dit: Va me chercher, je te prie, un peu d’eau dans un vase, afin que je boive. Et elle alla en chercher. Il l’appela de nouveau, et dit : Apporte-moi, je te prie, un morceau de pain dans ta main. Et elle répondit : L’Eternel, ton Dieu, est vivant ! je n’ai rien de cuit, je n’ai qu’une poignée de farine dans un pot et un peu d’huile dans une cruche. Et voici, je ramasse deux morceaux de bois, puis je rentrerai et je préparerai cela pour moi et pour mon fils ; nous mangerons, après quoi nous mourrons. Elie lui dit : Ne crains point, rentre, fais comme tu as dit. Seulement, prépare-moi d’abord avec cela un petit gâteau, et tu me l’apporteras ; tu en feras ensuite pour toi et pour ton fils. Car ainsi parle l’Eternel, le Dieu d’Israël : La farine qui est dans le pot ne manquera point et l’huile qui est dans la cruche ne diminuera point, jusqu’au jour où l’Eternel fera tomber de la pluie sur la face du sol. Elle alla, et elle fit selon la parole d’Elie. Et pendant longtemps elle eut de quoi manger, elle et sa famille, aussi bien qu’Elie. La farine qui était dans le pot ne manqua point, et l’huile qui était dans la cruche ne diminua point, selon la parole que l’Eternel avait prononcée par Elie.

 

 

 

Enseignement

 

Cette histoire est particulièrement intéressante. Élie, prophète de l’Éternel, vient tout juste d'annoncer une grande sécheresse sur toute la région. Pour le préserver de la famine, le Seigneur l'envoie d'abord au bord d'un torrent où il peut boire et être nourri par des oiseaux. Au bout d'un certain temps, le torrent s'assèche. C'est à ce moment que nous entrons dans notre texte.

 

Le Seigneur demande à Élie d'aller chez cette veuve qui vit avec son fils, et à qui il ne reste qu'un peu de farine pour un petit pain. Elle aussi avait été touchée par la sécheresse et la pénurie. Désespérée, il ne lui restait qu'une chose à faire: préparer le dernier repas pour elle et son fils, puis mourir. Et c'est justement à ce moment que le Seigneur envoie son serviteur.

 

Élie ne vient pas comme le sauveur tout puissant, porteur du miracle de Dieu pour cette femme désespérée. Non. Il vient d'abord comme un vagabond assoiffé et affamé. Il est obligé de soumettre cette femme à une dure épreuve, car il lui faut absolument manger.

 

Le problème auquel elle est soumise est très difficile. Voici les risques: elle peut refuser de servir Elie, consommer son repas avec son fils, puis attendre une mort certaine; elle peut aussi donner à Elie tout ce qui lui reste, et précipiter sa mort et celle de son fils au cas où Élie serait un imposteur. La brave femme opte pour le deuxième risque et... touche le jackpot: une provision constante de farine et d'huile jusqu'à la fin de la période de famine (3 ans et 6 mois, selon Luc 4:25-26).

 

Quand on y réfléchit bien, on se rend compte que le choix de la veuve est un résultat du bon sens. Si elle avait mangé ce dernier pain, elle aurait prolongé sa vie de combien de jours? Pas beaucoup. Qu'est-ce que cela changeait pour elle de mourir un peu plus tôt? Elle pouvait prendre ce risque en faisant une bonne action qui, avec Dieu, devait certainement rapporter quelque chose.

 

La dernière chose que je voudrais relever, c'est le fait que Dieu affirme avoir demandé à cette femme de nourrir Elie. Il ne nous est pas rapporté une apparition du Seigneur. Il a parlé au cœur de la veuve. Celle-ci a écouté et agi comme le Seigneur le suggérait.

 

Le Seigneur parle à tous les hommes d'une manière ou d'une autre. C'est pour cela que personne ne pourra dire qu'il ne savait pas. C'est Dieu qui suggère toutes ces bonnes pensées à notre conscience. Faisons-y attention, cela peut nous sauver la vie maintenant et pour l'éternité.

 

Puisse cette histoire nous inspirer. Le Seigneur, l'Eternel, le Dieu de la Bible, est un très bon risque. Celui qui se confie en lui ne sera pas déçu. Il veut que nous ayons la foi, c'est pour cela qu'il nous fait passer par des épreuves, comme il l'a fait pour cette veuve. Faisons attention à ces tests, et optons toujours pour la foi, afin de toucher le gros lot. Avec notre Dieu, celui qui perd gagne toujours.



26/05/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 189 autres membres