A Contre-courant

A Contre-courant

Méditation 177: Mépris !



Texte lu

 

Genèse 25:19-34 (Extraits)

  

Isaac était âgé de quarante ans, quand il prit pour femme Rebecca, fille de Bethuel... Isaac implora l'Eternel pour sa femme, car elle était stérile, et l'Eternel l'exauça : Rebecca, sa femme, devint enceinte... Les jours où elle devait accoucher s'accomplirent ; et voici, il y avait deux jumeaux dans son ventre. Le premier sortit entièrement roux, comme un manteau de poil ; et on lui donna le nom d'Esaü. Ensuite sortit son frère, dont la main tenait le talon d'Esaü ; et on lui donna le nom de Jacob. Isaac était âgé de soixante ans, lorsqu'ils naquirent. Ces enfants grandirent. Esaü devint un habile chasseur, un homme des champs ; mais Jacob fut un homme tranquille, qui restait sous les tentes. Isaac aimait Esaü, parce qu'il mangeait du gibier ; et Rebecca aimait Jacob. Comme Jacob faisait cuire un potage, Esaü revint des champs, accablé de fatigue. Et Esaü dit à Jacob : Laisse-moi, je te prie, manger de ce roux, de ce roux-là, car je suis fatigué. C'est pour cela qu'on a donné à Esaü le nom d'Edom [couleur rousse]. Jacob dit : Vends-moi aujourd'hui ton droit d'aînesse. Esaü répondit : Voici, je m'en vais mourir ; à quoi me sert ce droit d'aînesse ? Et Jacob dit : Jure-le moi d'abord. Il le lui jura, et il vendit son droit d'aînesse à Jacob. Alors Jacob donna à Esaü du pain et du potage de lentilles. Il mangea et but, puis se leva et s'en alla. C'est ainsi qu'Esaü méprisa le droit d'aînesse.

 

 

 

Enseignement

 

Nous vivons aujourd'hui dans un monde où des valeurs essentielles de la vie sont de plus en plus oubliées ou méprisées. Les enfants qui naissent trouvent un environnement dans lequel la dissolution et l'ignorance ou le mépris de ces valeurs les amènent à n'avoir pour repère que... rien du tout. Ce manque, que dis-je, ce mépris des valeurs qui font l'équilibre de la vie sur terre entraîne forcement le chaos dans lequel nous sombrons. Sous prétexte de liberté, on relativise tout, et on se retrouve à adopter un style de vie qui ne peut que nous nuire, nuire aux autres, nuire à notre environnement, nuire au Créateur dont la décision sera certainement sans appel le moment venu.

 

Dans l'histoire de ce jour, nous pouvons voir clairement que le manque de sagesse et d'intelligence sur l'importance des valeurs essentielles de la vie ne date pas d'aujourd'hui. Voyez comment quelqu'un, pour un peu de nourriture, va jusqu'à mépriser son droit d'ainesse ! Il le méprise, se demandant à quoi il lui sert ! Quelle bêtise ! Non pas que la personne en question soit démunie au point de n'avoir pas le choix. Non. Esaü n'est pas dans le besoin absolu. Ses parents vivent, il est chasseur. A tout moment il peut trouver à manger. Tout ce qu'il lui faut c'est un peu de patience.

 

La patience, c'est bien ce qui fait le plus défaut à beaucoup d'entre nous, citoyens de la terre. On a toujours l'impression que si on n'obtient pas tout de suite ce à quoi nos sens nous poussent, on est perdu. Cela nous amène à prendre des décisions irréfléchies que nous regrettons plus tard. Regardez Esaü ! Pour mieux comprendre la gravité de son acte, essayons d'énumérer quelques éléments constitutifs du droit d'ainesse.

 

Le droit d'ainesse, c'est l'ensemble des prérogatives attachées au fait d'être le premier enfant dans une famille. Cette position implique que l'aîné

- Est le chef en l'absence du père

- Est l'héritier principal

- A le devoir de veiller sur le bien être de la famille

- A le devoir de veiller sur la sécurité de la famille

- Défend les biens de la famille

- Etc

 

Au moment précis où il se rend compte qu'il a faim, Esaü oublie tous ces éléments, toute cette responsabilité. Il livre la famille, il vend son droit d'ainesse.

 

La suite logique de ce qui est fait ici, c'est que au moment où Isaac, très âgé, décide de donner la dernière bénédiction à son premier fils, c'est Jacob qui la reçoit, par ruse, certes, mais c'est normal, puisqu'il avait déjà le droit d'ainesse. Voyez la déclaration d'Esaü : "Est-ce parce qu'on l'a appelé du nom de Jacob qu'il m'a supplanté deux fois ? Il a enlevé mon droit d'aînesse, et voici maintenant qu'il vient d'enlever ma bénédiction." (Genèse 27:36) Il parle maintenant comme si Jacob lui avait volé le droit, alors qu'il l'avait donné de son plein gré après s'être demandé à quoi il lui servait.

 

Un conseil pour toi qui lis:

Apprends à considérer la valeur des choses, et ne sacrifie jamais ce qui est permanent et essentiel à ce qui est immédiat et temporaire, tu risquerais de le regretter et de causer des catastrophes autour de toi.

 

Esaü ne serait certainement pas mort de faim. De même, tu peux être patient et supporter la souffrance actuelle afin de préserver ce qui est vraiment important pour ta vie et celle des autres.

 

 

 

 



03/11/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 189 autres membres