A Contre-courant

A Contre-courant

Méditation 179: Prolongation



Texte lu

 

2 Rois 20:1-11

  

En ce temps-là, Ezéchias fut malade à la mort. Le prophète Esaïe, fils d’Amots, vint auprès de lui, et lui dit : Ainsi parle l’Eternel : Donne tes ordres à ta maison, car tu vas mourir, et tu ne vivras plus. Ezéchias tourna son visage contre le mur, et fit cette prière à l’Eternel: O Eternel ! souviens-toi que j’ai marché devant ta face avec fidélité et intégrité de cœur, et que j’ai fait ce qui est bien à tes yeux ! Et Ezéchias répandit d’abondantes larmes. Esaïe, qui était sorti, n’était pas encore dans la cour du milieu, lorsque la parole de l’Eternel lui fut adressée en ces termes: Retourne, et dis à Ezéchias, chef de mon peuple : Ainsi parle l’Eternel, le Dieu de David, ton père : J’ai entendu ta prière, j’ai vu tes larmes. Voici, je te guérirai ; le troisième jour, tu monteras à la maison de l’Eternel. J’ajouterai à tes jours quinze années. Je te délivrerai, toi et cette ville, de la main du roi d’Assyrie ; je protégerai cette ville, à cause de moi, et à cause de David, mon serviteur. Esaïe dit : Prenez une masse de figues. On la prit, et on l’appliqua sur l’ulcère. Et Ezéchias guérit. Ezéchias avait dit à Esaïe : A quel signe connaîtrai-je que l’Eternel me guérira, et que je monterai le troisième jour à la maison de l’Eternel ? Et Esaïe dit : Voici, de la part de l’Eternel, le signe auquel tu connaîtras que l’Eternel accomplira la parole qu’il a prononcée: L’ombre avancera-t-elle de dix degrés, ou reculera-t-elle de dix degrés ? Ezéchias répondit : C’est peu de chose que l’ombre avance de dix degrés ; mais plutôt qu’elle recule de dix degrés. Alors Esaïe, le prophète, invoqua l’Eternel, qui fit reculer l’ombre de dix degrés sur les degrés d’Achaz, où elle était descendue.

 

 

 

Enseignement

 

Nous avons déjà eu l'occasion de parler d'Ezéchias, roi bon, juste, fidèle à Dieu, gouvernant selon le Seigneur. Pendant son règne Dieu a opéré une grande délivrance en faveur d'Israël (Méditation 175: Ce combat n'est pas le tien...). Aujourd'hui le roi est malade de la maladie qui doit le conduire à la mort.

 

Ezéchias a marché avec l’Éternel tout au long de sa vie. Aujourd'hui qu'il doit mourir, le Seigneur décide de lui faire un cadeau en l'avertissant, afin qu'il ait le temps de préparer sa maison et son royaume. Cette grâce est exceptionnelle. Très peu sont ceux qui, au moment de mourir sont avertis et ont le temps de s'y préparer.

 

Mais Ezéchias n'est pas encore prêt pour la mort. Il connaît Dieu, il sait que le Seigneur est capable de tout en faveur de ceux qui marchent avec lui. Alors, il fait la prière: "O Eternel ! souviens-toi que j’ai marché devant ta face avec fidélité et intégrité de cœur, et que j’ai fait ce qui est bien à tes yeux ! ". Dieu l'écoute, il lui ajoute 15 ans !

 

Plusieurs d'entre nous seraient prêts à sacrifier père, mère et même des peuples entiers s'ils savaient que cela leur permettrait de prolonger leur vie ne serait-ce que d'une année. Ezéchias n'a eu besoin que de faire une simple prière, sans cérémonies.

 

Le roi va même plus loin. Apparemment, pour lui aussi, c'était trop beau et la parole du prophète ne suffisait pas. Alors, il demande un signe, une action surnaturelle du Seigneur pour confirmer sa promesse. Cela lui est accordé. Dieu recule l'ombre de quelques degrés. En clair, le temps rentre en arrière. Il ne se contente pas de se figer comme dans le cas de Josué (Méditation 172), il le fait reculer !

 

Avoir Dieu, le Dieu dont parle la Bible dans sa vie, c'est une grâce extraordinaire. Ceux qui, comme Ezéchias, marchent avec lui, ont à leur portée une source infinie de puissance dont le déclenchement en leur faveur est une réalité en fonction des nécessités, et selon la volonté du Seigneur.

 

Comment négliger une telle main tendue ?

 

 

 

 



10/11/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 177 autres membres