A Contre-courant

A Contre-courant

Méditation 199: Messager, dis-le !



Texte lu

 

1 Samuel 3:11-18

  

Alors l’Eternel dit à Samuel : Voici, je vais faire en Israël une chose qui étourdira les oreilles de quiconque l’entendra. En ce jour j’accomplirai sur Eli tout ce que j’ai prononcé contre sa maison ; je commencerai et j’achèverai. Je lui ai déclaré que je veux punir sa maison à perpétuité, à cause du crime dont il a connaissance, et par lequel ses fils se sont rendus méprisables, sans qu’il les ait réprimés. C’est pourquoi je jure à la maison d’Eli que jamais le crime de la maison d’Eli ne sera expié, ni par des sacrifices ni par des offrandes. Samuel resta couché jusqu’au matin, puis il ouvrit les portes de la maison de l’Eternel. Samuel craignait de raconter la vision à Eli. Mais Eli appela Samuel, et dit : Samuel, mon fils ! Il répondit : Me voici ! Et Eli dit : Quelle est la parole que t’a adressée l’Eternel ? Ne me cache rien. Que Dieu te traite dans toute sa rigueur, si tu me caches quelque chose de tout ce qu’il t’a dit ! Samuel lui raconta tout, sans lui rien cacher. Et Eli dit : C’est l’Eternel, qu’il fasse ce qui lui semblera bon !

 

 

 

Enseignement

 

"Samuel resta couché jusqu’au matin, puis il ouvrit les portes de la maison de l'Eternel. Samuel craignait de raconter la vision à Eli"


Être le messager de l’Éternel auprès des hommes n'est pas chose facile. C'est même plutôt très difficile, parce que les plans du Seigneur sont différents des nôtres. Dans le cas de Samuel c'est encore plus compliqué parce qu'il est le fils spirituel d'Eli.

Samuel est le fils d'une femme stérile, Anne, que le Seigneur avait libérée après qu'elle ait prié, Eli le sacrificateur étant présent. Dans sa prière Anne avait promis à Dieu de lui consacrer le fils qu'elle aurait. Le Seigneur l'exauça, et elle amena l'enfant Samuel à Eli afin qu'il l'utilise dans le service de l’Éternel pour toujours. Le petit devait avoir alors environ un an. C'est Eli qui l'a élevé jusqu'à l'âge actuel où il peut recevoir les messages divins.

Aujourd'hui Samuel reçoit un message direct de Dieu contre son père et maître. Vous voyez le dilemme.

 

Plusieurs sentiments doivent animer notre jeune ami. La phrase "Samuel craignait de raconter la vision à Eli" peut avoir plusieurs explications. La crainte pouvait venir de la peur qu'Eli le prenne mal et décide de se venger sur lui. Elle pouvait aussi venir du désir de ne pas causer de la peine au vieillard déjà soucieux par rapport à l'attitude de ses enfants. Samuel devait certainement avoir très mal pour cet homme qui l'avait élevé comme son propre fils.

 

Eli avait échoué dans sa relation personnelle avec Dieu et en tant que sacrificateur, ce qui lui valait le jugement. Mais on peut tout même relever qu'il y avait quelque chose de bon en lui. Il sait que Samuel a reçu un message, et il aide son disciple à lui délivrer la parole de Dieu, bien que devinant certainement qu'elle n'était pas en sa faveur.

Samuel a donc eu un coup de pouce providentiel.

 

Il  n'en est pas toujours ainsi. Parfois Dieu peut vous donner un message à délivrer dans les tourments, dans l’oppression, dans une opposition complète. Que faites-vous ?

Nous sommes tous prêts à être des messagers de "bonnes choses", des messagers de ce que tout le monde attend impatiemment. Quand vous êtes la personne qui apporte la bonne nouvelle, quelle joie, que d'honneur... vous vous empressez de le faire.

Quand le message de Dieu est destructeur, ou susceptible de créer de la peine et de l'antipathie, là tout devient compliqué. Personne ne veut vraiment être le porteur de ce genre de nouvelle. Certains préfèrent même se corrompre spirituellement pour éviter cela. C'est un peu ce qui a valu à Eli d'être désavoué par le Seigneur. Ses enfants avaient un comportement répréhensible qui se répercutait sur le service de Dieu, mais Eli ne s'est jamais montré ferme envers eux, se faisant ainsi complice de leurs agissements par son silence.

 

Lorsque Dieu fait de vous son messager pour les hommes, il sait que c'est difficile, et nous le savons tous, néanmoins, il vaut mieux obéir. Il faut obéir d'abord par crainte de Dieu, car sa colère est plus grave que celle des hommes; il faut aussi obéir pour ne pas être complice de ceux qui font le mal; il faut enfin obéir par sagesse, car le plan de Dieu (Méditation 198: Accepte le plan !), parfois douloureux aujourd'hui, s'avère souvent salutaire et source bien pour tous demain.

 

 

 

 

 



30/01/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 189 autres membres