A Contre-courant

A Contre-courant

Méditation 217: Trouble



Texte lu

 

Romains 7:7-25

  

Que dirons-nous donc? La loi est-elle péché? Certes non! Mais je n’ai connu le péché que par la loi. Car je n’aurais pas connu la convoitise, si la loi n’avait dit: Tu ne convoiteras pas. Et le péché, profitant de l’occasion, produisit en moi par le commandement toutes sortes de convoitises; car sans loi, le péché est mort. Pour moi, autrefois sans loi, je vivais; mais quand le commandement est venu, le péché a pris vie, et moi je mourus. Ainsi, le commandement qui mène à la vie se trouva pour moi mener à la mort. Car le péché, profitant de l’occasion, me séduisit par le commandement, et par lui me fit mourir. Ainsi la loi est sainte, et le commandement saint, juste et bon. Ce qui est bon est-il donc devenu pour moi la mort? Certes non! Mais le péché, afin de se manifester en tant que péché, a produit en moi la mort par ce qui est bon, afin que, par le commandement, le péché apparaisse démesurément péché.
Nous savons, en effet, que la loi est spirituelle; mais moi, je suis charnel, vendu au péché. Car ce que j’accomplis, je ne le comprends pas. Ce que je veux, je ne le pratique pas, mais ce que je hais, voilà ce que je fais. Si ce que je ne veux pas, je le fais, je déclare, d’accord avec la loi, qu’elle est bonne. Maintenant, ce n’est plus moi qui accomplis cela, mais le péché qui habite en moi. Car je le sais: ce qui est bon n’habite pas en moi, c’est-à-dire dans ma chair. Car je suis à même de vouloir, mais non pas d’accomplir le bien. Je ne fais pas le bien que je veux, mais je pratique le mal que je ne veux pas. Si je fais ce que je ne veux pas, ce n’est plus moi qui l’accomplis, mais le péché qui habite en moi. Je trouve donc cette loi pour moi qui veux faire le bien: le mal est présent à côté de moi. Car je prends plaisir à la loi de Dieu, dans mon for intérieur, mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon intelligence et qui me rend captif de la loi du péché qui est dans mes membres. Malheureux que je suis! Qui me délivrera de ce corps de mort? Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur!… Ainsi donc, par mon intelligence, je suis esclave de la loi de Dieu, tandis que, par ma chair, je suis esclave de la loi du péché.

 

 

 

Enseignement

 

C'est par la Loi que vient la connaissance du péché. La Loi réveille en nous la force du péché. La Loi produit en nous la mort.

La Loi n'est pas mauvaise en elle-même, au contraire elle est parfaite. Mais cette perfection et cette élévation se transforment en piège pour l'homme fondamentalement mauvais. C'est précisément pour cette raison que Dieu nous a soumis à ces préceptes. Il fallait révéler nos limites afin que nous apprenions à nous reposer entièrement sur le Seigneur.

 

Le constat final est clair. L'homme approuve bien la Loi au fond de lui-même, dans son être intérieur, mais la chair a des désirs contraires qui nous poussent très souvent à faire ce qui ne convient pas.

 

Aucun homme ne peut par lui-même résoudre ce problème. Aucun homme ne peut par ses propres forces sortir de cette difficulté, de ce trouble. Jésus seul, lui qui est Dieu, peut, par la force de son Esprit, nous donner la liberté: la capacité de faire ce qui est bien aux yeux du Seigneur, la capacité de lui plaire en tout temps. C'est à travers Jésus que Dieu trouve son plaisir en nous.

 

Nos propres œuvres n'ont aucune influence sur notre salut,  si oui, une influence négative. C'est en Jésus seul, par la foi en lui, et par la présence de son Esprit en nous, que nous avons accès au Père, et la possibilité d'accomplir les bonnes œuvres qu'il agréée.

 

 

 

 

 

 



16/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 189 autres membres