A Contre-courant

A Contre-courant

Méditation 238: A la pêche, avec un filet...



Texte lu

 

Matthieu 13:47-50

  

Le royaume des cieux est encore semblable à un filet jeté dans la mer et ramassant des poissons de toute espèce. Quand il est rempli, les pêcheurs le tirent ; et, après s’être assis sur le rivage, ils mettent dans des vases ce qui est bon, et ils jettent ce qui est mauvais. Il en sera de même à la fin du monde. Les anges viendront séparer les méchants d’avec les justes, et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents.

 

 

 

Enseignement

 

Je voudrais aujourd'hui partager avec vous ce texte inspiré de la prédication que j'ai suivie hier. Cette parabole, un peu comme celle de l'ivraie (Matthieu 13:24-30; Méditation 36: Laissez croître ensemble l'un et l'autre), s'adresse à ceux qui font profession de croire en Dieu, et qui se rassemblent avec les frères, vont à l'église de manière plus ou moins régulière.

 

Chaque fois que j'essaie d'imager l'annonce de la Bonne Nouvelle du salut en Jésus-Christ dans ce monde, ce qui me vient à l'esprit c'est la célèbre devise du Dictionnaire Larousse: "Je sème à tout vent". La mission du chrétien est d'annoncer la Bonne Nouvelle aux hommes, sans qu'il ait un pouvoir pour les obliger à quoi que ce soit. C'est Dieu qui convainc, c'est lui qui attire les gens à lui. Notre rôle consiste à annoncer, parfois en avertissant. Nous semons à tout vent, ne sachant ni sur quelle terre la semence tombera, ni si elle portera du fruit. Notre seule préoccupation est que tous les hommes entendent le message et qu'ils aient le choix.

 

Après que le message ait été prêché, beaucoup de personnes viennent dans le milieu chrétien, très souvent chacun avec ses motivations et ambitions, un peu comme le pêcheur qui jette le filet à la mer. Lorsqu'il le fait son but final c'est de trouver du bon poisson utile à la subsistance de l'humanité. Mais n'ayant pas la possiblité d'aller trier dans l'eau, il ramasse tout ce qu'il trouve. Dieu seul connaît le coeur, lui seul peut voir les pensées de tous les hommes. Il a été sage en nous refusant cette faculté. Cela nous met dans la même position que le pêcheur. Lorsque nous annonçons le message du Christ Sauveur, nous prenons le risque de recevoir tous ceux qui y montrent un intérêt sans connaître les motivations profondes.

 

C'est pour cette raison que les églises de ce monde sont en fait des rassemblements non pas de chrétiens, mais d'hommes et de femmes intéressées par les choses de Dieu d'une manière ou d'une autre. Il faut bien qu'on se le dise !

 

Cette situation implique deux choses essentielles.

 

Comme le Seigneur lui-même le dit dans la parabole de l'ivraie, "Laissez croître ensemble l’un et l’autre jusqu’à la moisson, et, à l’époque de la moisson, je dirai aux moissonneurs: Arrachez d’abord l’ivraie, et liez-la en gerbes pour la brûler, mais amassez le blé dans mon grenier."

Ce n'est pas notre rôle de faire la chasse aux méchants dans l'église. Dieu les révèlera en son temps, lorsqu'il fera le tri, lorsque le pêcheur mettra dans les vases ce qui est bon et jettera ce qui est mauvais.

 

Ce tri pose à chacun d'entre nous des questions qui aboutissent à un avertissement: quel genre de poisson es-tu ? Es-tu de ceux qui seront mis dans les vases ou de ceux, inutiles, qui seront jetés ? Que fais-tu parmi les frères ? Que fais-tu à l'église ? Il est vrai que les hommes ne peuvent voir tes pensées, mais Dieu les voit et tu le sais; Quelle est ta position ? Quelles sont tes motivations?

Il y a un temps où tout sera révélé, alors prends garde !

 

 

Sois béni(e)

 

 



08/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 189 autres membres