A Contre-courant

A Contre-courant

Méditation 25: Travailler, une vanité?

Texte lu

 

Ecclésiaste 2:18-23

J'ai haï tout le travail que j'ai fait sous le soleil, et dont je dois  laisser la jouissance à l'homme qui me succédera. Et qui sait s'il sera sage ou insensé? Cependant il sera maître de tout  mon travail, de tout le fruit de ma sagesse sous le soleil. C'est encore  là une vanité. Et j'en suis venu à livrer mon coeur au désespoir, à cause de tout le  travail que j'ai fait sous le soleil. Car tel homme a travaillé avec sagesse et science et avec succès, et il  laisse le produit de son travail à un homme qui ne s'en est point occupé.  C'est encore là une vanité et un grand mal. Que revient-il, en effet, à l'homme de tout son travail et de la  préoccupation de son coeur, objet de ses fatigues sous le soleil? Tous ses jours ne sont que douleur, et son partage n'est que chagrin;  même la nuit son coeur ne repose pas. C'est encore là une vanité.

 

 

Enseignement

 

La réflexion faite dans ce texte est terrible, n'est pas? Elle est de nature à décourager. Que faire?

 

Le Seigneur en nous mettant sur cette terre, nous en a confié la responsabilité (voir Genèse 1; 2; 3). Nous devons la cultiver. Nous devons oeuvrer pour le bien de ceux qui nous entourent et veiller à ce que ceux qui viennent vivent également dans de bonnes conditions.

 

Si cette règle n'avait pas été respectée par ceux qui nous ont précédés, notre vie serait certainement plus difficile. Mais ils nous ont préparé l'espace. Nous devons en faire autant pour ceux qui viendront, bien que nous ne les connaissions pas.

 

La réflexion qui consiste à ne rien faire de peur que cela profite plus tard à une personne dont nous ne serions pas fiers est mauvaise.

 

Cet état des choses, cette vanité concernant le labeur sur cette terre, le fait de travailler durement toute notre vie pour que cela soit peut-être dilapidé en une journée par nos descendants, devrait mieux encore nous faire voir la nécessité de vivre pour une espérance céleste. Tout ce que nous faisons sur cette terre y reste et nous n'en avons plus la propriété après notre mort. Il vaut mieux se préparer des possessions célestes gardées pour nous par le Seigneur.

 



19/04/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 192 autres membres