A Contre-courant

A Contre-courant

Méditation 250: L'obéissance avant tout !



Texte lu

 

Amos 5:21-27

1 Samuel 15:22-23

  

Je hais, je méprise vos fêtes, Je ne puis sentir vos assemblées. Quand vous me présentez des holocaustes et des offrandes, Je n’y prends aucun plaisir ; Et les veaux engraissés que vous sacrifiez en actions de grâces, Je ne les regarde pas. Eloigne de moi le bruit de tes cantiques ; Je n’écoute pas le son de tes luths. Mais que la droiture soit comme un courant d’eau, Et la justice comme un torrent qui jamais ne tarit. M’avez-vous fait des sacrifices et des offrandes Pendant les quarante années du désert, maison d’Israël ? …  Emportez donc la tente de votre roi, Le piédestal de vos idoles, L’étoile de votre Dieu Que vous vous êtes fabriqué ! Et je vous emmènerai captifs au delà de Damas, Dit l’Eternel, dont le nom est le Dieu des armées.

Samuel dit : L’Eternel trouve-t-il du plaisir dans les holocaustes et les sacrifices, comme dans l’obéissance à la voix de l’Eternel ? Voici, l’obéissance vaut mieux que les sacrifices, et l’observation de sa parole vaut mieux que la graisse des béliers. Car la désobéissance est aussi coupable que la divination, et la résistance ne l’est pas moins que l’idolâtrie et les théraphim.

 

 

 

Enseignement

 

Fondamentalement, le sacrifice en lui-même n'est rien. Il prend uniquement un sens dans les conditions où il peut être agréé par le Seigneur.

 

Lorsque nous retrouvons dans une situation mauvaise qui déplaît à Dieu, nous avons tendance à nous plonger dans des efforts de religiosité, des actes de libéralité (dons et offrandes), la louange, pour nous rassurer en espérant (de manière consciente ou non) "amadouer" le Seigneur. Tout cela est inutile, car ce n'est pas ce qu'il attend à ce moment là.

 

Notre premier texte du jour est une parole de Dieu communiquée au prophète Amos en direction du peuple de Dieu, Israël. Ils ont péché de plusieurs manières possibles, ce qui leur vaut une grande colère venant du ciel. Malheureusement les actes qu'ils posent pour revenir dans les bonnes grâces de l'Eternel ne montrent pas vraiment leur désir de changer, ni même qu'ils ont conscience d'avoir fait quelque chose de mal. Ils continuent leur culte (rituels et sacrifices) comme si tout était normal. Le Seigneur doit leur dire que tout ce qu'ils font est vain.

Dans le deuxième, le prophète Samuel reprend vertement le roi Saül. Ce dernier avait instruction d'attendre l'homme de Dieu un certain temps afin que celui-ci offre devant tout le peuple un grand sacrifice en l'honneur de l'Eternel. Le jour venu, ne voyant pas Samuel jusqu'à une certaine heure et craignant de devoir faire face à tout ce peuple impatient, Saül se permit de faire lui-même le sacrifice. Un vrai scandale spirituel. Ce faisant il piétinait toute la réglementation établie par Dieu en matière de service religieux. Le sacrifice était plus important à ses yeux que de le respect de l'ordre établi par Dieu lui-même. Il allait payer très chèrement cette désobéissance.

 

De ces deux textes il ressort clairement que l'Eternel prend prioritairement plaisir à plaisir à ce qu'on lui obéisse. Il veut que nous nous éloignions du mal, de toute espèce de péché, avant de poser des actes pour lui, ou même de le louer. Celui qui vit dans le péché tout en prétendant le servir court le risque de s'entendre dire le moment venu: "Je ne t'ai jamais connu, éloigne-toi de moi, toi qui pratiques l'iniquité !" (Matthieu 7:23)

 

 

 

Article semblable: Quand les sacrifices s'avèrent vains

 

 

 

 



29/07/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 189 autres membres