A Contre-courant

A Contre-courant

Méditation 51: Pèlerins sur cette terre

 


Texte lu

 

Hébreux 11:8-16

  

C'est par la foi qu'Abraham, lors de sa vocation, obéit et partit pour  un lieu qu'il devait recevoir en héritage, et qu'il partit sans savoir  où il allait. C'est par la foi qu'il vint s'établir dans la terre promise comme dans  une terre étrangère, habitant sous des tentes, ainsi qu'Isaac et Jacob,  les cohéritiers de la même promesse.  Car il attendait la cité qui a de solides fondements, celle dont Dieu  est l'architecte et le constructeur.  C'est par la foi que Sara elle-même, malgré son âge avancé, fut rendue  capable d'avoir une postérité, parce qu'elle crut à la fidélité de celui  qui avait fait la promesse.  C'est pourquoi d'un seul homme, déjà usé de corps, naquit une postérité  nombreuse comme les étoiles du ciel, comme le sable qui est sur le bord  de la mer et qu'on ne peut compter. C'est dans la foi qu'ils sont tous morts, sans avoir obtenu les choses  promises; mais ils les ont vues et saluées de loin, reconnaissant qu'ils  étaient étrangers et voyageurs sur la terre.  Ceux qui parlent ainsi montrent qu'ils cherchent une patrie. S'ils avaient eu en vue celle d'où ils étaient sortis, ils auraient eu  le temps d'y retourner.  Mais maintenant ils en désirent une meilleure, c'est-à-dire une céleste.  C'est pourquoi Dieu n'a pas honte d'être appelé leur Dieu, car il leur  a préparé une cité.

 

 

 

Enseignement

 

Notre relation avec Dieu est basée sur la confiance, l'assurance que Dieu existe et que les choses qu'il nous dit sont vraies. Elle est également basée sur l'espérance, l'attente confiante de la réalisation de ses promesses.

 

Il en a toujours été ainsi, et cela ne changera pas tant que nous sommes en pèlerinage sur terre.

 

Les exemples qui sont énoncés ici sont là pour confirmer ces affirmations. Vous rendez-vous compte que la plupart de ces personnes n'ont pas vu la réalisation de ce pour quoi elles ont gardé la foi? Ils ont attendu toute leur vie, croyant que les promesses étaient pour eux. Cette attente a été vaine. Ils ont compris qu'il ne servait à rien d'attendre quoi que ce soit sur cette terre, car nous y sommes étrangers et voyageurs (pèlerins). Notre patrie est dans les cieux. C'est en vue de cela que nous œuvrons.

 

Puissions-nous intégrer tout ceci et vivre réellement par la foi et dans l'espérance, ne nous laissant pas entraîner par le courant d'un monde auquel nous sommes étrangers.

 

 

 

 

 

 

Mis à jour le 04 10 2012

 



19/08/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 188 autres membres