A Contre-courant

A Contre-courant

Méditation 324: Apocalypse 21, 9-27

Texte lu

 

Apocalypse 21 : 9-27

  

9 Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes remplies des sept derniers fléaux vint, et il m’adressa la parole, en disant : Viens, je te montrerai l’épouse, la femme de l’agneau.
10 Et il me transporta en esprit sur une grande et haute montagne. Et il me montra la ville sainte, Jérusalem, qui descendait du ciel d’auprès de Dieu, ayant la gloire de Dieu. 11 Son éclat était semblable à celui d’une pierre très précieuse, d’une pierre de jaspe transparente comme du cristal. 12 Elle avait une grande et haute muraille. Elle avait douze portes, et sur les portes douze anges, et des noms écrits, ceux des douze tribus des fils d’Israël: 13 à l’orient trois portes, au nord trois portes, au midi trois portes, et à l’occident trois portes. 14 La muraille de la ville avait douze fondements, et sur eux les douze noms des douze apôtres de l’agneau. 15 Celui qui me parlait avait pour mesure un roseau d’or, afin de mesurer la ville, ses portes et sa muraille. 16 La ville avait la forme d’un carré, et sa longueur était égale à sa largeur. Il mesura la ville avec le roseau, et trouva douze mille stades ; la longueur, la largeur et la hauteur en étaient égales. 17 Il mesura la muraille, et trouva cent quarante-quatre coudées, mesure d’homme, qui était celle de l’ange.
18 La muraille était construite en jaspe, et la ville était d’or pur, semblable à du verre pur. 19 Les fondements de la muraille de la ville étaient ornés de pierres précieuses de toute espèce : le premier fondement était de jaspe, le second de saphir, le troisième de calcédoine, le quatrième d’émeraude, 20 le cinquième de sardonyx, le sixième de sardoine, le septième de chrysolithe, le huitième de béryl, le neuvième de topaze, le dixième de chrysoprase, le onzième d’hyacinthe, le douzième d’améthyste. 21 Les douze portes étaient douze perles ; chaque porte était d’une seule perle. La place de la ville était d’or pur, comme du verre transparent.
22 Je ne vis point de temple dans la ville ; car le Seigneur Dieu tout-puissant est son temple, ainsi que l’agneau. 23 La ville n’a besoin ni du soleil ni de la lune pour l’éclairer ; car la gloire de Dieu l’éclaire, et l’agneau est son flambeau. 24 Les nations marcheront à sa lumière, et les rois de la terre y apporteront leur gloire. 25 Ses portes ne se fermeront point le jour, car là il n’y aura point de nuit.
26 On y apportera la gloire et l’honneur des nations. 27 lI n’entrera chez elle rien de souillé, ni personne qui se livre à l’abomination et au mensonge ; il n’entrera que ceux qui sont écrits dans le livre de vie de l’agneau.

 

 

 

Enseignement

 

Le Seigneur va tout renouveler, tel que nous l'avons découvert dans les versets précédants (Méditation 323). Le noeud dans ce renouvellement c'est ce qu'il advient de son église, toutes les personnes qui ont gardé la foi, qui ont échappé à la seconde mort, tous ceux dont le nom est inscrit dans le livre de vie.

 

Voici donc cette église au centre de tout, présentée ici comme l'épouse de l'Agneau, confirmation d'une relation à Christ déjà évoquée par l'apôtre Paul dans le cadre du mariage : "Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l’Eglise, et s’est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier par la parole, après l’avoir purifiée par le baptême d’eau, afin de faire paraître devant lui cette Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible" (Ephésiens 5, 25-27). L'église est le corps de Christ, l'église est l'épouse de Christ. L'église fait désormais un avec son glorieux sauveur et Seigneur.

 

La sainte Jérusalem qui descend du ciel d'auprès de Dieu n'est que gloire et magnificence. Elle est éclatante de lumière, ornée de pierres précieuses comme une épouse préparée pour son grand jour, et brille de toutes parts.

 

Mais au-delà de cet aspect, on peut relever des symboles forts qui sont fondus en elle.

 

  • La cité a douze portes sur lesquelles sont écrits les noms des douze tribus d'Israël. Nous savons qu'Israël a été utilisé par Dieu pour ouvrir les portes du salut et de l'église à tous les hommes ("Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs", Jean 4:22).
  • La muraille de la ville a douze fondements avec les noms des apôtres écrits dessus. Ce sont les apôtres qui ont posé les fondements de l'église du Seigneur. Si le fondement n'est pas solide, la muraille tombe, et la ville se retrouve exposée. Cela nous rappelle que nous devons persévérer dans l'enseignement des apôtres pour demeurer fermes dans notre foi en Christ, et ne pas être exposés et ballotés à tout vent.

 

Le nombre douze est très présent dans tout ce qui concerne la cité : douze portes, douze fondements, 12000 stades, 144 (12 fois 12) coudées. Cela a t-il une signification particulière?

 

Par rapport à la forme de la cité, il est d'abord dit qu'elle est carrée; mais après, "la longueur, la largeur et la hauteur en étaient égales". Cela signifie que vue globalement, cette cité est donc cubique. Cela a t-il un sens particulier?

 

Le materiau de la cité est essentiellement constitué d'éléments solides, beaux et resplendissants : les fondements sont ornés de diverses pierres précieuses, la muraille est en jaspe, les portes sont des perles, le reste de la cité, les rues, est en or pur (comme du verre transparent). Dans cette cité de lumière et de purité, il n'y aura plus de nuit.

 

"24 Les nations marcheront à sa lumière, et les rois de la terre y apporteront leur gloire."

 

Comme nous l'avons vu tout au long de ce parcours dans Apocalypse, il est quasiment impossible de situer et d'imaginer tout ce qui est écrit dans ce livre. Il y a toujours de nouvelles questions qui viennent.

 

Le verset ci-dessus ramène la question des occupants de la terre à diverses périodes marquées dans le récit. En principe l'époque de la nouvelle Jérusalem descendant du ciel vient après le jugement de toute la terre, jugement après lequel il ne reste que ceux dont les noms étaient écrits dans le livre de vie. C'est ceux-ci qui doivent vivre sur la nouvelle terre. D'où vient donc la mention "les nations" ici? On a l'impression qu'il y a encore d'autres personnes en dehors des élus du Seigneur. Comment est-ce possible?

 

Que le nom du Seigneur soit loué ! C'est lui qui révèle et qui ouvre notre entendement à ces choses.

Pour nous, demeurons fidèles et fermes dans l'enseignement des apôtres, afin que nous ne soyons jamais ébranlés !

 

 

Les fondements

 



01/06/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 214 autres membres