A Contre-courant

A Contre-courant

Méditation 311: Apocalypse 14, 1-5

Texte lu

 

Apocalypse 14:1-5

  

Je regardai, et voici, l’agneau se tenait sur la montagne de Sion, et avec lui cent quarante-quatre mille personnes, qui avaient son nom et le nom de son Père écrits sur leurs fronts. Et j’entendis du ciel une voix, comme un bruit de grosses eaux, comme le bruit d’un grand tonnerre ; et la voix que j’entendis était comme celle de joueurs de harpes jouant de leurs harpes. Et ils chantent un cantique nouveau devant le trône, et devant les quatre êtres vivants et les vieillards. Et personne ne pouvait apprendre le cantique, si ce n’est les cent quarante-quatre mille, qui avaient été rachetés de la terre. Ce sont ceux qui ne se sont pas souillés avec des femmes, car ils sont vierges ; ils suivent l’agneau partout où il va. Ils ont été rachetés d’entre les hommes, comme des prémices pour Dieu et pour l’agneau ; et dans leur bouche il ne s’est point trouvé de mensonge, car ils sont irrépréhensibles.

 

 

 

Enseignement

 

Nous nous rappelons que le Seigneur avait pris soin de marquer les siens avant de commencer à manifester sa colère sur la terre: "... et il dit : Ne faites point de mal à la terre, ni à la mer, ni aux arbres, jusqu’à ce que nous ayons marqué du sceau le front des serviteurs de notre Dieu. Et j’entendis le nombre de ceux qui avaient été marqués du sceau, cent quarante-quatre mille, de toutes les tribus des fils d’Israël" (Apocalypse 7: 1-3 et Méditation 299). Ceux-ci portent le nom de Dieu sur leur front. 

 

Cette image, qui arrive directement après les bêtes et la marque de la bête, apparaît comme une résistance à toute l'action entreprise par le dragon. Ils montrent l'échec de satan. Ces 144000 personnes représentent le résidu dont nous parle souvent la Bible dans les situations de colère de l'Eternel. Oui, il veille toujours à ce qu'il reste quelques-uns qui gardent la flamme. 

 

Les 144000 sont parfaits, ils sont irréprochables. Ils ont réussi à tenir malgré tout, sous la protection du Seigneur. Ils ont été épargnés, grâce à leur marque, des catastrophes découlant de la colère de l'Eternel. Ils n'ont pas succombé à la séduction et aux menaces du dragon et des bêtes.

 

Le contraste manifesté ici, que dis-je, la guerre des marques (ceux qui portent le nom de la bête et ceux qui portent le nom du Segneur) nous rappelle une vérité que les hommes de ce monde n'aiment pas entendre: sur cette terre il y a uniquement deux catégories de personnes: les enfants de Dieu et les enfants du diable, selon les termes utilisés par l'Apôtre Jean (1 Jean 3: 8-10). Il n'y a pas d'intermédiaire. Mais tant que le jugement n'est pas arrivé, il reste toujours la possibilité que les âmes prisonnières de satan soient délivrées et sauvées.

 

 

 

144000

 



28/10/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 212 autres membres