A Contre-courant

A Contre-courant

Méditation 314: Apocalypse 15, 1-8

Texte lu

 

Apocalypse 15:1-8

  

1 Puis je vis dans le ciel un autre signe, grand et admirable : sept anges, qui tenaient sept fléaux, les derniers, car par eux s’accomplit la colère de Dieu.
2 Et je vis comme une mer de verre, mêlée de feu, et ceux qui avaient vaincu la bête, et son image, et le nombre de son nom, debout sur la mer de verre, ayant des harpes de Dieu.
3 Et ils chantent le cantique de Moïse, le serviteur de Dieu, et le cantique de l’agneau, en disant : Tes œuvres sont grandes et admirables, Seigneur Dieu tout-puissant ! Tes voies sont justes et véritables, roi des nations !
4 Qui ne craindrait, Seigneur, et ne glorifierait ton nom ? Car seul tu es saint. Et toutes les nations viendront, et se prosterneront devant toi, parce que tes jugements ont été manifestés.
5 Après cela, je regardai, et le temple du tabernacle du témoignage fut ouvert dans le ciel.
6 Et les sept anges qui tenaient les sept fléaux sortirent du temple, revêtus d’un lin pur, éclatant, et ayant des ceintures d’or autour de la poitrine.
7 Et l’un des quatre êtres vivants donna aux sept anges sept coupes d’or, pleines de la colère du Dieu qui vit aux siècles des siècles.
8 Et le temple fut rempli de fumée, à cause de la gloire de Dieu et de sa puissance ; et personne ne pouvait entrer dans le temple, jusqu’à ce que les sept fléaux des sept anges fussent accomplis.

 

 

 

Enseignement

 

Le temps de la bête est passé. (Méditations 309, 310)

 

La moisson a eu lieu (Méditation 313).

 

Ceux qui ont résisté à satan sont dans la félicité, chantant les louange du Seigneur. Le Seigneur les a enlevés.

Les autres hommes, ceux qui ont préféré la bête, ont été éloignés de Dieu. Il n'y a plus rien à faire pour eux. Ils ont épuisé toute la patience divine. Tout ce qu'il leur reste c'est l'attente inéluctable du courroux de notre créateur. 

 

Comme à chaque fois qu'il a une action à accomplir, le Seigneur prévoit plusieurs étapes, et les réalise par des anges.

Une nouvelle fois, ils ont sept. Chacun porte une partie de la colère de Dieu, manifestée sous forme de plaies ou fléaux. C'est les mêmes mots qui sont utilisés dans Exode lorsque l'Eternel décide de frapper l'Egypte afin de montrer sa gloire et forcer Pharaon à libérer le peuple. Ils s'agit donc de malheurs, de maux qui vont venir frapper les habitants récalcitrants de la terre.

 

Heureux les hommes et femmes qui seront dans la félicité, chantant les louanges, et malheur à tous ceux qui résistent encore à la main tendue de l'Eternel, notre Créateur et notre Seigneur !

 

 

Tes oeuvres sont admirables

 



20/01/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 215 autres membres