A Contre-courant

A Contre-courant

Méditation 316: Apocalypse 17, 1-18

Texte lu

 

Apocalypse 17:1-18

  

1 Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes vint, et il m’adressa la parole, en disant : Viens, je te montrerai le jugement de la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux. 2 C’est avec elle que les rois de la terre se sont livrés à l’impudicité, et c’est du vin de son impudicité que les habitants de la terre se sont enivrés.
3  Il me transporta en esprit dans un désert. Et je vis une femme assise sur une bête écarlate, pleine de noms de blasphème, ayant sept têtes et dix cornes.
4 Cette femme était vêtue de pourpre et d’écarlate, et parée d’or, de pierres précieuses et de perles. Elle tenait dans sa main une coupe d’or, remplie d’abominations et des impuretés de sa prostitution. 5 Sur son front était écrit un nom, un mystère : Babylone la grande, la mère des impudiques et des abominations de la terre.

6 Et je vis cette femme ivre du sang des saints et du sang des témoins de Jésus. Et, en la voyant, je fus saisi d’un grand étonnement. 7 Et l’ange me dit : Pourquoi t’étonnes-tu ? Je te dirai le mystère de la femme et de la bête qui la porte, qui a les sept têtes et les dix cornes.
8 La bête que tu as vue était, et elle n’est plus. Elle doit monter de l’abîme, et aller à la perdition. Et les habitants de la terre, ceux dont le nom n’a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie, s’étonneront en voyant la bête, parce qu’elle était, et qu’elle n’est plus, et qu’elle reparaîtra. — 9 C’est ici l’intelligence qui a de la sagesse. — Les sept têtes sont sept montagnes, sur lesquelles la femme est assise. 10 Ce sont aussi sept rois : cinq sont tombés, un existe, l’autre n’est pas encore venu, et quand il sera venu, il doit rester peu de temps. 11 Et la bête qui était, et qui n’est plus, est elle-même un huitième roi, et elle est du nombre des sept, et elle va à la perdition. 12 Les dix cornes que tu as vues sont dix rois, qui n’ont pas encore reçu de royaume, mais qui reçoivent autorité comme rois pendant une heure avec la bête. 13 Ils ont un même dessein, et ils donnent leur puissance et leur autorité à la bête. 14 Ils combattront contre l’agneau, et l’agneau les vaincra, parce qu’il est le Seigneur des seigneurs et le Roi des rois, et les appelés, les élus et les fidèles qui sont avec lui les vaincront aussi.
15  Et il me dit : Les eaux que tu as vues, sur lesquelles la prostituée est assise, ce sont des peuples, des foules, des nations, et des langues.

16  Les dix cornes que tu as vues et la bête haïront la prostituée, la dépouilleront et la mettront à nu, mangeront ses chairs, et la consumeront par le feu. 17 Car Dieu a mis dans leurs cœurs d’exécuter son dessein et d’exécuter un même dessein, et de donner leur royauté à la bête, jusqu’à ce que les paroles de Dieu soient accomplies.
18  Et la femme que tu as vue, c’est la grande ville qui a la royauté sur les rois de la terre.

 

 

 

Enseignement


Nous sommes toujours dans les malheurs liés à la colère de Dieu. Ici l'ange focalise l'attention sur le sort de Babylone.

 

Babylone la grande, la mère des prostituées et des abominations de la terre

 

Babylone, la grande prostituée, est réellement l'incarnation du pouvoir et du mal.

C'est elle qui tient tous les rois et chefs de la terre. Tous ceux-ci lui vouent culte et respect. C'est elle qui leur procure et les maintient dans les délices du mal et du pouvoir, comme une drogue.

C'est elle qui s'oppose à tout ce qui s'approche de la foi en l'Eternel. Elle organise le monde pour taire et anéantir totalement les croyants.

C'est elle qui suggère, et même, impose aux hommes de nouveaux types d'abominations à explorer.

C'est cette Babylone qui fait l'objet de la colère de Dieu, et dont la chute a été annoncée par un ange dès le chapitre 14 (Méditation 312). 

 

La bête écarlate

 

Sa description rappelle le dragon, et même la bête, des chapitres 12 et 13 (Méditations 308, Méditation 309) : Sept têtes et dix cornes. 

Si on s'en tient à la description de la bête dans les chapitres précédants, et du fait que celle-ci a régné et avait le pouvoir sur toute "tribu, peuple, langue et nation", et si l'on considère le verset 15 ici qui dit que la prostituée est assise sur "des peuples, des foules, des nations, et des langues", il y a lieu de se demander quelle est la nature réelle de la relation entre la bête et la prostituée. Le pouvoir de la prostituée ne vient-il pas de la bête?

L'instance supérieure qui domine en réalité le monde derrière les chefs et rois ne puise-t-elle pas directement sa force de satan pour réaliser son oeuvre maléfique?

 

A un moment, il est prévu que Dieu sème la discorde dans cette alliance entre la prostituée, la bête et les rois en attente. La royauté qui sera ainsi donnée à la bête, n'est-ce pas celle qu'il a eue et qui nous est déjà montrée dans le chapitre 13? Elle lui avait été donnée pour un temps bien précis.

 

La chronologie de tous ces événements est réellement difficile à établir. Même les plus grands théologiens ne s'accordent ni sur les temps, ni sur la signification de certaines scènes et personnages.

 

Mais pour nous qui lisons, il est important de tirer les enseignements de fond qui se dégagent. Il y a des dominations, des rois, des forces. Tous ne règnent que parce que Dieu leur en donne la possibilité, et ce,  pendant une période déterminée.

Les hommes qui vivent ces moments ont toujours le choix: suivre le mouvement ou suivre le Seigneur.

Soyons de ceux qui font toujours le bon choix, quelles que soient les circonstances et les forces qui s'oppsent à notre foi.

 

 

Babylone

 



10/02/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 212 autres membres